Traversée du plateau de Samance

L’Aiguille Verte au soleil

Après plusieurs sorties dans le brouillard (cf. billets précédents) nous avons enfin eu droit à une belle sortie de ski de rando, avec de la bonne neige, du soleil et du ciel bleu ! Au départ nous avions envisagé d’aller balader nos spatules dans le Jura, mais Salon de l’Auto oblige, nous avons préféré éviter l’autoroute de contournement et le secteur de l’aéroport, même un dimanche matin.

Du coup on s’est rabattu sur une de nos sorties classiques : l’Aiguille Verte du Chinaillon. Et on a bien fait !

Depuis la sortie de Genève (douane de Thônex-Vallard) il faut une petite heure pour rejoindre le Chinaillon en passant par Saint Pierre en Faucigny et les gorges du Borne. De là, il faut emprunter la route de Samance qui monte au-dessus du village et se garer deux lacets plus haut. Impossible de louper le départ du chemin car on est rarement seul sur cette balade très prisée des randonneurs à ski et en raquettes.

Au fond : l'Aiguille Verte
Au fond : l’Aiguille Verte

Vu notre heure d’arrivée quelque peu tardive, je pensais que nous serions obligés de nous garer assez loin, mais au contraire nous profitons du départ de quelques matinaux et du coup je laisse la voiture à moins de 10 mètres du départ.  🙂

La randonnée ne présente aucun difficulté et débute en remontant un large chemin. Un peu plus haut on a le choix de traverser un peu plus à l’ouest ou de remonter tout droit. En fait le terrain présente une sorte de ravin que l’on peut remonter, indifféremment, rive droite ou rive gauche. Ce jour là nous choisissons la rive gauche.

Traversée du plateau de Samance
Traversée du plateau de Samance

Nous montons régulièrement dans une trace bien faite. Il y a du monde, mais pas trop. Et à cette heure les groupes sont plutôt dans le sens de la descente. Il nous faut une petit heure pour atteindre le col qui sépare l’Aiguille Verte du Roc des Tours. Après une pause de quelques minutes pour se réhydrater (il fait chaud !) on repart le long de la longue arête qui mène jusqu’au sommet à 2045 m.

Montée de l'arête
Montée de l’arête
On fait les derniers mètres à pied
On fait les derniers mètres à pied

J’aime cette course, facile et pas très longue (700 m de dénivelé) qui offre une vue à 360°. En plus nous avons de la chance: tout le monde étant redescendu, nous avons le sommet juste pour nous. On savoure la vue sur les Aravis et le Mont Blanc côté face… et le Chablais et le Jura côté pile. Je remarque d’ailleurs que ce dernier est bien déneigé sur la partie basse et que nous aurions probablement dû porter les skis si nous avions été là bas.

Au fond : le Mont Blanc
Au fond : le Mont Blanc
Jallouvre et Lac de Lessy
Jallouvre et Lac de Lessy

Et puis il est temps de descendre. Jean-Pierre choisi de passer droit sous le sommet, mais la neige n’est pas terrible. Plus bas, on traverse une zone d’une vieille avalanche où il faut un peu ruser entre les boules de neige. Et puis passé cette zone un peu turbulente, on trouve enfin un terrain un peu pus skiable avec une neige qui devient de plus en plus bonne au fur et à mesure que l’on descend.

Descente dans l'avalanche
Descente dans l’avalanche

La cerise sur le gâteau sera la dernière ligne droite où Jean-Pierre, comme d’habitude, arrive à trouver de larges zones de neige vierge. Il enchaîne les virages et moi je m’amuse à skier juste à droite de sa trace en épousant parfaitement ses virages… c’est court, mais c’est que du bonheur !

Elles sont belles nos traces !
Elles sont belles nos traces !

Retrouvez toutes les photos de cette sortie sur Flickr :
Album 2015 / Aiguille Verte


Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This