L’ascension du Rinjani

Lundi 16 août 2004 : Montée au camp à 2600 m

Arrivés à Lombok la veille, en bateau depuis Bali, nous avons passé la nuit dans un lodge à Sembalun Lawang. Ce matin le départ est fixé à 7h pour parcourir les 1’500 mètres de montée et 10 km de distance qui nous séparent du site où nous allons bivouaquer. La première partie est plutôt cool : on traverse un paysage de savane, avec de hautes herbes et plein de petites montées et descentes. Au bout de deux heures de marche, la pente commence à être un peu plus marquée et 45 minutes plus tard Yusuf, notre guide, nous annonce que nous sommes arrivés à l’emplacement de la pause pique-nique.

Départ de Sembalun Lawang
Départ de Sembalun Lawang
Le Rinjani
Le Rinjani
A travers la savane
A travers la savane
A travers la savane
A travers la savane

Les porteurs sont contents de pouvoir poser leurs charges, notre cook nous mitonne du riz et des pâtes (oui, les deux !) avec des légumes et nous faisons une longue pause de près de deux heures. Je pense que l’arrêt est surtout pour permettre aux porteurs de récupérer. En ce qui nous concerne, nous sommes à la fin de notre voyage de 3 semaines en Indonésie et le Rinjani est le dernier des volcans à notre programme. Au cours des précédentes ascensions, nous avons montré à Yusuf que nous avions la forme et maintenant il sait que nous sommes tout à fait capables de monter là haut et ne se fait pas trop de soucis.

Pause lunch
Pause lunch

Après le casse-croûte,  nous repartons pour gravir les derniers 900 mètres qui nous séparent du camp. Le chemin est nettement plus raide que ce matin et nous sommes contents de monter tranquillement derrière Jean-Pierre qui fixe un rythme lent, mais régulier. Comme chaque après-midi, le temps s’est couvert et nous avons même droit à quelques gouttes de pluie avant d’arriver, mais rien de bien méchant. Cela nous permet d’avoir moins chaud dans cette dernière partie de l’ascension.

Petite pluie avant la dernière montée
Petite pluie avant la dernière montée

Yusuf est content car nous sommes parmi les premiers à arriver sur le site sur campement en début d’après-midi et il peut ainsi nous choisir un bon emplacement. Les porteurs arrivent peu de temps après et à 15h nous avons fini de monter toutes nos tentes et pouvons profiter du reste de la journée pour buller, admirer la vue et faire des photos. Le camp est posé sur une arête, qui, à cette heure de la journée, émerge d’une mer de nuages. Plusieurs singes co-habitent avec nous et se servent allègrement dans les restes de nourritures laissés par certains campeurs.

Vue sur le lac du cratère
Vue sur le lac du cratère
Le camp
Le camp
Le camp
Le camp
Un singe fait les poubelles
Un singe fait les poubelles
Le coin des porteurs
Le coin des porteurs

Comme d’habitude, nous dînons alors que les derniers rayons du soleil réchauffent encore le camp (c’est à dire pas très tard) puis disparaissons dans les tentes et la chaleur de nos duvets alors que la fraîcheur de la nuit s’abat sur le camp.

Popote du soir
Popote du soir
Le camp au coucher du soleil
Le camp au coucher du soleil
Le camp au coucher du soleil
Le camp au coucher du soleil

 

Mardi 17 août 2004 : Fête Nationale Indonésienne

Yusuf nous réveille comme convenu à 3h45 et 45 minutes plus tard nous quittons le camp en direction du sommet. Nous sommes les derniers à partir ce jour là, mais Yusuf commence à nous connaître et il sait que nous marchons plus vite que la moyenne. Comme d’habitude nous sommes tous derrière Jean-Pierre qui fixe le rythme : très lent, mais régulier. De ce fait nous ne faisons pas de pause et, petit à petit,  doublons tous les autres qui sont partis plus tôt.

La première partie de l’ascension est une pente raide qui permet de rejoindre une très longue arête qui mène au sommet. Comme sur les autres volcans, nous marchons sur de la cendre, mais ici la trace est bien marquée et porte bien. Les 300 derniers mètres que nous atteignons alors que le jour se lève sont la partie la plus physique : une trace toute droite qui remonte dans un mélange de centres et d’éboulis. Sur cette dernière partie nous doublons beaucoup de jeunes indonésiens qui souffrent de la fatigue, de l’altitude et surtout du froid car ils ne sont pas bien équipés. Il faut savoir que l’ascension du Rinjani est une tradition chez les étudiants indonésiens, et en plus nous sommes le jour de la fête nationale (on n’a pas fait exprès), ce qui attire encore plus de monde.

Peu avant 7h nous voici au sommet, à 3726 m. La vue aux alentours est époustouflante, en particulier vers l’Est et le Nord où l’on peut voir la mer. A nos pieds, le lac du cratère, d’un bleu profond est surmonté d’un petit cône volcanique qui s’est formé au cours des dernières éruptions.

L'arête sommitale
L’arête sommitale
Au sommet du Rinjani
Au sommet du Rinjani
Le lac du cratère
Le lac du cratère
Petit cône volcanique au centre du lac
Petit cône volcanique au centre du lac

Le temps de faire quelques photos et nous prenons le chemin de la descente qui, dans la cendre, va beaucoup plus vite que la montée. A 8h30 nous sommes de retour au camp où notre cook nous sert du thé des des tonnes de pancakes aux bananes. Nous démontons ensuite les tentes, rangeons toutes nos affaires et repartons pour rentrer à Sembalun Lawang. Entre 3 et 4 heures de marche vallonnée dont les derniers kilomètres me paraîtront bien longs après l’ascension de cette nuit.

Descente dans les cendres
Descente dans les cendres
Retour au camp sur l'arête
Retour au camp sur l’arête
Le lac du cratère vu depuis le camp
Le lac du cratère vu depuis le camp
Descente vers Sebalun Lawang
Descente vers Sebalun Lawang
L'orage menace
L’orage menace
Les porteurs font une pause
Les porteurs font une pause

J’ai eu la bonne idée de me mettre en short pour le trek du retour pour avoir moins chaud. Mais c’était sans tenir compte de la poussière des chemins. Quand j’arrive au lodge, le passage sous l’eau du visage, des bras et des jambes avant le repas de midi n’est pas un luxe… même s’il n’y a que de l’eau froide. Et pour fêter ce dernier sommet, je m’autorise même à boire un Coca !

Ca méritait bien un Coca à l'arrivée
Ca méritait bien un Coca à l’arrivée

L’organisation d’Azimuth Adventures est toujours irréprochable et dès que nous avons fini de nous restaurer, nous embarquons dans un véhicule qui nous emmène à Sengiggi où nous passerons la soirée avant de repartir pour Bali et la fin de notre voyage.

 

Retrouvez toutes les photos de cette ascension sur mon album Flickr : Ascension du Rinjani

Cet article vous a plu ? Partagez le !

Facebook
Twitter
Google+
Pinterest
LinkedIn
Email

Laisser un commentaire