Les bouquetins de Balafrasse

Bouquetin
Une belle rencontre

30 juin 2008 : Gardiens de l’arête

Il est 7h lorsque je verrouille les portières de la voiture au Col de la Colombière et que je commence à marcher en direction de mon objectif du jour: la Pointe du Midi. L’atmosphère est encore humide suite aux pluies de la veille et quelques nuages virevoltent autour des sommets. Rien de bien inquiétant, d’autant plus que le bulletin météo du matin a annoncé que cela allait s’améliorer au fil des heures. Moins de dix minutes plus tard je rencontre mon premier bouquetin. On m’avait dit qu’ils étaient nombreux et peu farouches dans ce secteur et cela semble se confirmer. Après avoir fait quelques photos, je reprends ma balade… pour m’arrêter à nouveau quelques centaines de mètres plus loin. Le même scénario se répète sans cesse, à tel point qu’au bout d’un moment je passe devant les animaux sans les photographier car si je continue à ce rythme là je n’arriverai jamais au sommet.

Vers 8h30 j’arrive au Col de Balafrasse où une nouvelle surprise m’attend. Répartis en trois groupes, plusieurs dizaines de bouquetins semblent avoir établi leur quartier général ici et ils encombrent le sentier. J’avance doucement et les deux premiers groupes s’éloignent gentiment au fur et à mesure que je m’approche d’eux. Par contre, au sein du troisième groupe je me trouve face à un vieux mâle qui ne semble pas apprécier que je traverse son territoire. Il se lève et me fait face avec des cornes qui mesurent largement plus d’un mètre. Pas très rassurée, je recule de quelques pas et m’installe sur un rocher pour patienter. J’ai aperçu un autre randonneur qui approche du col et je me dis qu’à deux on fera peut être plus le « poids » face aux redoutables cornes. En attendant, j’en profite pour faire plein de photos…

Soudain un grondement sourd se fait entendre vers le nord. Je lève les yeux et m’aperçois que le ciel, encore bleu il y a quelques minutes, est en train de se remplir se gros nuages sombres. Dans les minutes qui suivent deux autres coups de tonnerre viennent confirmer l’arrivée de l’orage. Du coup, plus question de continuer vers le sommet. Je fais quelques dernières images puis je range prudemment mon appareil à l’abri de la pluie au fond du sac. Je quitte le col au moment où l’autre randonneur (également un photographe) y arrive à son tour.

Je n’ai pas trainé pour la descente et je m’engouffre dans la voiture sans prendre le temps de troquer mes chaussures de marche pour quelque chose de plus confortable… juste au moment où les premières gouttes viennent mouiller le pare-brise.

 

Cet article vous a plu ? Partagez le !

Facebook
Twitter
Google+
Pinterest
LinkedIn
Email

2 réflexions au sujet de “Les bouquetins de Balafrasse

  1. Bonjour et bravo pour ces photos de bouquetins!
    La crête de Balafrasse est un lieu que je connais bien et qui ne m’a jamais déçu, j’y vais souvent. En 2008, ils étaient parfois plus de 40; j’attends toujours de photographier celui qui voudra bien faire face. Dans votre récit, vous dites qu’il s’est levé, mais a-t-il baissé la tête pour vous permettre de jauger ses cornes, comme ils le font généralement entre eux? Ou vous a-t-il simplement regardée pour vous faire reculer?

  2. Bonjour Christian,
    J’ai fait cette balade il y a plus d’une année (juin 2008). Je ne me souviens plus vraiment si le bouquetin a baissé la tête pour me montrer ses cornes car je crois que le simple fait de le voir se lever et me faire face a suffit pour me faire reculer, sans insister ! :o)

Laisser un commentaire