Les Jumeaux du Breithorn

Depuis notre tentative avortée en 2002 pour cause de neige trop abondante, cela faisait un moment que je souhaitais rajouter les Zwillinge (Jumeaux) du Breithorn à ma liste des 4000.

Après une nuit assez courte au Rifugio Guide del Cervino, nous partons en pleine nuit pour gagner le pied de la Roccia Nera. Le ciel est dégagé et la lune éclaire le glacier rendant inutile nos frontales qui restent éteintes jusqu’au lever du jour. Les conditions seraient idéales si ce n’était une assez forte bise dont les rafales vont aller en se renforçant tout au long de la journée. Il n’y a pas de gros dénivelé, mais la marche est assez longue puisque pas moins de 5 km séparent le refuge de l’extrémité Est du Breithorn.

Aucun problème pour gravir ce premier sommet que nous avions déjà fait en 2001. Une belle lumière nous accueille alors que nous atteignons l’arête et la vue sur les sommets environnants est superbe. Le temps de faire quelques photos et nous voici repartis en sens inverse en direction des Zwillinge. Le premier s’atteint sans peine après un joli parcours sur une arête de neige très cornichée. Par contre, la traversée permettant de rejoindre le col entre les deux sommets est en glace vive et ne m’inspire pas du tout. Nous préférons donc redescendre dans la face Sud pour contourner cette difficulté et regagner l’arête un peu plus loin. Un exercice qui me permet de revoir ma technique de cramponnage sur les pointes avant et en pente raide.

Arrivée au sommet de la Roccia Nera
Arrivée au sommet de la Roccia Nera

90 minutes après le Zwilling E, nous voici au sommet du Zwilling O. La bise de plus en plus forte ne nous invite pas à nous prélasser ici et nous replongeons à nouveau très vite dans la face Sud. Pour cette première sortie en altitude de la saison je suis contente d’avoir réussi mes deux sommets, mais je n’ai pas le courage de m’attaquer à la fin de la traversée comme nous l’avions initialement prévu, d’autant plus que cela fait déjà plus de six heures que nous crapahutons. Nous prenons donc la direction du refuge, que nous atteignons après une marche de deux heures sur le Glacier de Verra. Les rafales de bise se succèdent avec une régularité étonnante et certaines d’entre elles sont tellement fortes que nous sommes obligés de nous arrêter et nous arcbouter sur nos bâtons pour ne pas être renversés et emportés vers le bas de la pente.

Après une pasta et une bière dégustées au refuge, nous refaisons nos sacs, heureux à l’idée de pouvoir descendre jusqu’à la voiture en téléphérique, mais c’est sans compter sur la bise… encore elle! Au bout d’une heure et demie d’attente le cabinier accepte enfin de faire descendre une benne dans laquelle nous sommes huit, mais il nous annonce que les deux tronçons du bas sont fermés à cause des rafales de vent. Nous faisons donc près d’une heure de marche non prévue au programme pour rallier Cime Bianche à Plan Maison et là, bonne surprise (enfin !)… le dernier tronçon fonctionne normalement et nous permet de gagner rapidement Cervinia pour un repos bien mérité.


Où se trouve le Breithorn ?

Centrer
Circulation
A vélo
Transports

Les liens pour en savoir plus :


 

Laisser un commentaire