Marmotte au pied du Vignemale

Notre Grand Chelem pyrénéen

Au départ cela n’était rien de plus que deux semaines de vacances. En ce qui me concerne, les premières depuis le mois d’avril et donc attendues avec impatience. Après pas mal d’hésitations et de discussions, nous avions finalement opté pour les Pyrénées, mais sans projet précis.

Comme d’habitude nous avons rempli la voiture avec le matériel d’escalade, de via ferrata, de rando et aussi d’alpinisme, des fois qu’on soit tenté par un ou deux sommets… et surtout à condition que la météo et la forme le permettent. A la dernière minute j’ai réussi à convaincre JP que ce n’était peut être pas nécessaire d’ajouter tout le matériel de canyoning (combis néoprène, sac étanches, cordes statiques, …) car on n’aurait probablement pas le temps de tout faire.

Et nous voilà donc partis le dernier week-end d’août à la découverte de ces montagnes franco-espagnoles. Ce n’était pas une première, et nous avions déjà eu l’occasion d’y aller plusieurs fois en hiver et en été, mais les Pyrénées sont vastes et méritent largement plusieurs visites.

Après une première journée entamée sur un mode « douceur » avec au programme une petite voie d’escalade le matin et la visite d’une abbaye l’après-midi, nous enchaînons dès le lendemain avec une rando de près de 10 heures pour atteindre le sommet du Pic du Canigou. Puis, la météo s’étant résolument mise au beau fixe, nous décidons de nous mesurer au point culminant des Pyrénées : le Pic de l’Aneto.

Quelques jours plus tard, alors que nous profitons d’une magnifique vue à 360° depuis le sommet du Monte Perdido, je commence à me dire que l’on va peut être lever le pied pour la deuxième semaine et c’est alors que JP me glisse à l’oreille que ça serait une chouette manière de fêter ses 70 printemps en faisant le « Grand Chelem ». Je crois que c’est à ce moment précis que les vacances se sont transformées en une sorte de « challenge » et que nous nous sommes pris au jeu de gravir les sommets remarquables des Pyrénées.

Et voici donc comment, sans aucune préparation préalable (que ce soit au niveau physique ou logistique), nous avons réussi :

  • 30.08.2015 : Pic du Canigou (2785 m) – le plus oriental
  • 02.09.2015 : Aneto (3404 m) – le plus haut
  • 06.09.2015 : Mont Perdu / Monte Perdido (3355 m) – le plus mythique
  • 08.09.2015 : Pic du Midi d’Ossau (2884 m) – le plus occidental
  • 11.09.2015 : Vignemale (3298 m) – le plus haut, côté français

Je rentre de vacances avec des images plein la tête et aussi plein les cartes SD et j’espère avoir bientôt l’occasion de publier ici plus de détails et d’images au sujet de ces différentes ascensions. En attendant, je partage avec vous  ce portrait d’une jolie marmotte croisée à la descente du Vignemale il y a deux jours… et je me réjouis de souffler un peu en reprenant le boulot dès demain matin !  🙂

Marmotte au pied du Vignemale
Marmotte au pied du Vignemale

 

 

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This