Rendez-vous avec l’histoire à l’Ihaghen

Jeudi 14 décembre 2006
Comme chaque matin j’ouvre un oeil tandis que le jour se lève timidement. Ce matin nous avons droit à un spectaculaire lever de soleil entre montagnes et brume.

Après le petit déjeuner, Moussah nous emmène au pied de la face sud de l’Ihaghen où nous allons gravir la voie Coche/Frison-Roche. Ouverte en 1935, il s’agit de la toute première voie ouverte sur ce sommet. Elle n’est pas difficile techniquement, mais l’itinéraire n’est pas toujours facile à trouver. Avant de nous engager, nous prenons le temps d’essayer de repérer le tracé de la voie, ce qui n’est pas forcément aisé au milieu de toutes ces cheminées qui se ressemblent.

Nous remontons l’éboulis qui se trouve au pied du piton rocheux et tombons sur des cairns qui semblent indiquer le départ de la voie.

Après avoir gravi la première longueur, Jean-Pierre hésite encore un bon moment avant de s’engager dans une des cheminées. Il y a en effet de vieux pitons et des bouts de sangles un peu partout ce qui est trompeur. Enfin, après être certains d’être dans la bonne voie, nous enchaînons les trois longueurs suivantes.

Le niveau des difficultés ne dépasse jamais le niveau 4c+, mais l’escalade est plus verticale que les voies que nous avons faites à Tesnou et Tissalatine, moins en finesse et un peu plus physique. Il s’agit d’un terrain d’aventure où il est important pour le premier cordée de savoir poser coinceurs et sangles afin d’assurer sa protection.

C’est un véritable plaisir d’être dans cette voie historique et de penser à ceux qui l’ont ouverte il y a plus de 70 ans. Après quatre longueurs, nous débouchons sur le pierrier sommital et suivons un sentier qui permet de gagner le sommet d’où, encore une fois, nous profitons d’une vue impressionnante sur le désert.

Ici, pas question de descendre en marchant comme dans le voies précédentes et nous enchaînons quatre rappels avant de rejoindre Moussah qui nous attend déjà depuis un bon moment avec le 4×4 au bord de la piste.

Retour à notre campement où comme chaque jour Ramdane nous a préparé une délicieuse salade, puis nous embarquons pour un peu plus de deux heures de piste à travers de magnifiques paysages qui vont nous mener au pied des Tyzouyags où nous établissons notre bivouac.

 

Tous les billets de ce voyage:

Cet article vous a plu ? Partagez le !

Facebook
Twitter
Google+
Pinterest
LinkedIn
Email

Laisser un commentaire