Salève: du Pas-de-l’Echelle au téléphérique

J’avais décidé hier qu’il fallait absolument que je fasse une sortie aujourd’hui. D’abord parce que ça ne pouvait que me faire du bien et ensuite parce que je n’avais pas encore eu le l’occasion de « tester » la nouvelle paire de chaussures de marche, achetée il y a deux semaines. Généralement quand je me balade sur les sentiers de moyenne montagne, je me contente d’une simple paire de baskets, mais les consignes pour aller à l’Etna sont sans équivoque : chaussures montantes obligatoires, sinon on ne peut pas y aller. J’ai donc investi (oh, pas trop, rassurez vous !) dans une paire de chaussures neuves et je voulais tout de même m’assurer qu’il n’y avait pas de problème avant de partir avec en Sicile.

J’en était là dans mes réflexions quand Emmy, ma prof  de Pilates, a posté un message sur Facebook annonçant qu’elle avait l’intention de monter au Salève ce matin en partant du Pas-de-l’Echelle et ensuite de redescendre en téléphérique. L’idée m’a paru bonne car (1) elle permettait d’économiser les genoux en ne faisant que de la montée et (2) ça permettait de redescendre rapidement et donc d’avoir du temps pour faire autre chose ensuite. J’ai donc dit à Emmy que je lui piquais son idée, tout en restant en « solo » car je n’étais pas certaine de pouvoir suivre son rythme, et surtout je n’étais pas trop fan de son heure de départ prévue à 7h45.

C'est par là !
C’est par là !

Perso, c’est donc vers 8h15 en ce dimanche matin que je quitte ma voiture à côté du parking du téléphérique et que je j’emprunte le chemin balisé qui mène à Monnetier. Cela fait plusieurs années que je n’ai pas parcouru cet itinéraire et en plus je me suis rendu compte que je n’en avais pas encore fait la description dans ce blog. Je pars donc tranquillement et prévois quelques arrêts photo histoire de pouvoir illustrer ce billet.

Au départ du Pas-de-l'Echelle
Au départ du Pas-de-l’Echelle, il faut prendre le chemin du Bois Mériguet
L'arrivée, c'est la gare du téléphérique, tout là haut !
L’arrivée, c’est la gare du téléphérique, tout là haut !

Après quelques centaines de mètres sur une route goudronnée pour sortir du village et franchir l’autoroute je me retrouve sur un sentier qui remonte doucement en forêt.

Le départ du sentier est bien indiqué
Le départ du sentier est bien indiqué
La première partie est un sentier facile dans la forêt
La première partie est un sentier facile dans la forêt

Un peu plus haut et après quelques lacets, ça devient un peu plus raide et escarpé, mais quelques protections sont en place pour éviter toute conséquence fâcheuse suite à une éventuelle glissade.

Cela fait quelques minutes que j’entends un bruit que je n’arrive pas a identifier et qui vient d’un peu plus haut. Soudain, alors que je me suis arrêtée pour faire la photo ci-dessous, j’entends des pierres qui tombent (ça c’est un bruit que je reconnais tout de suite) et qui passent à quelques mètres devant moi.

Je traverse rapidement la zone dangereuse et ne tarde pas à découvrir la source du bruit après le lacet suivant. Un monsieur d’un certain âge est accroupi sur les marches en train de balayer toutes les petites pierres accumulées par les dernières pluies. Un petit panneau explique qu’il effectue ce travail bénévolement et il y a même une sébile pour ceux qui souhaiteraient laisser une ou deux pièces.

Quand j’arrive à sa hauteur, il sursaute car il ne m’a pas entendu arriver et me dit que je lui ai fait peur. Je lui réponds que moi aussi il m’a fait peur quand j’ai failli me prendre des pierres sur la tronche sur le chemin un peu plus bas. Je le félicite pour le boulot qu’il fait, mais lui fait remarquer que c’est pas forcément une bonne idée de faire ça un dimanche matin quand il fait beau et qu’il va y avoir plein de monde qui se balade… mais je crois qu’il n’a pas vraiment compris.

Plus haut c'est un peu plus escarpé, mais c'est protégé
Plus haut c’est un peu plus escarpé, mais c’est protégé
Les marches qui longent le tunnel de l'ancien chemin de fer
Les marches qui longent le tunnel de l’ancien chemin de fer
L'accès au tunnel est toujours fermé
L’accès au tunnel est toujours fermé

Après avoir passé la sortie du tunnel de l’ancien chemin de fer, une deuxième série de marches permet de gagner le col de Monnetier. Elles sont assez hautes et espacées juste ce qu’il faut pour que j’arrive à faire deux pas entre chaque. Du coup je m’amuse à faire une mini séance de step avec un changement de jambe à chaque marche… on s’amuse comme on peut !

Plus haut, encore des marches
Plus haut, encore des marches qui longeaient la plateforme du chemin de fer
Au col de Monnetier, partir à droite
Au col de Monnetier, partir à droite

Au col de Monnetier le balisage renvoie sur le sentier principal qui part de l’église, mais j’avise une petite sente qui part sur la droite (avec un point orange) et décide d’aller voir où ça mène. Après une autre bifurcation où cette fois je prends à gauche (toujours les points oranges) je débouche juste au-dessus du premier lacet à la sortie du village.

Un peu plus haut j’arrive au petit oratoire que je connais bien et d’où on a une belle vue sur Genève et le lac.

Oratoire Notre-Dame du Salève à 888 mètres d'altitudev
Oratoire Notre-Dame du Salève à 888 mètres d’altitude
La vue depuis l'oratoire
La vue depuis l’oratoire

A partir d’ici, il y a deux options : on peut rester sur le sentier principal, un peu plus long qui monte en faisant une grande traversée vers la gauche mais qui est moins raide (c’est généralement ce que je fais). Dans ce cas il faut redescendre de quelques mêtres sous l’oratoire pour reprendre le sentier qui part à gauche.

L’autre option consiste à monter tout droite en restant le long de l’arête. C’est plus raide et il y a un ou deux passages qui demandent l’utilisation des mains pour franchir des zones rocheuses. Des panneaux récemment posés mettent d’ailleurs en garde les personnes qui ne seraient pas à l’aise dans ce genre de terrain.

Panneau de mise en garde
Panneau de mise en garde

Plus haut, on passe juste sous le Chalet de la Croix où je profite de faire un nouvel arrêt photo et laisser passer un type qui marche deux fois plus vite que moi.

La vue depuis le Chalet de la Croix
La vue depuis le Chalet de la Croix

Le dernier bout est un sentier qui monte tout droit dans la forêt. Pas dur, mais raide et continu. Ca fait plus d’une heure que je marche d’un bon pas et je commence à sentir la fatigue dans les cuisses. Du coup je ralentis le rythme…

Enfin, on sort de la forêt et le sentier se couche. Je traverse une étendue d’herbe et découvre la gare du téléphérique qui n’est plus qu’à quelques centaines de mètres devant moi. Il est 9h40 et je pense à Emmy qui avait prévu de redescendre avec la première benne à 9h30. On s’est loupé de peu…

J’arrive à la gare que je dépasse car je loupe le panneau qui indique l’entrée en contre-bas (pourtant le panneau n’est pas petit !) et puis je m’installe en attendant le départ de la prochaine benne. Evidemment il n’y a pas foule et je suis toute seule à profiter de l’exposition qui retrace l’histoire du Salève à travers une série de vieilles photos.

La gare du téléphérique
La gare du téléphérique
Panneau d'accès
Panneau d’accès (tellement grand que je l’ai loupé !)
Téléphérique du Salève
Téléphérique du Salève

Soudain je vois arriver Emmy en compagnie d’une amie. Elle est finalement partie un peu plus tard que prévu et est montée par le sentier classique. C’est sympa de se voir le temps de la descente jusqu’au Pas-de-l’Echelle. Je lui promets qu’à l’automne je l’emmènerai faire le sentier direct pour qu’elle le connaisse aussi.

Vue plongeante depuis la benne
Vue plongeante depuis la benne

Après quelques minutes entre ciel et terre on regagne le plancher des vaches. Petit passage à la caisse pour payer notre billet et puis on se sépare sur le parking. Il est à peine 10 heures et il reste encore amplement de temps pour profiter de ce dimanche !

Passage à la caisse
Passage à la caisse en arrivant en bas
La gare inférieure du téléphérique
La gare inférieure du téléphérique

Lien: Toutes les balades au Salève


Cet article vous a plu ? Partagez le !

Facebook
Twitter
Google+
Pinterest
LinkedIn
Email

4 réflexions au sujet de “Salève: du Pas-de-l’Echelle au téléphérique”

  1. Bonjour cela ma rappelle mon enfance avec mes parent a Monnetier nous allions a Geneve passe la journee au lac en descendant le pas de l echelle et le soir valait remonter le pas de l echelle dure car nous avions pas de voiture a cette epoque de bon souvenirs

  2. Bonjour et merci pour vote commentaire. Contente que mon article ait pu vous rappeler quelques bons souvenirs de votre enfance !

  3. Bonjour
    super compte rendu, est il possible d’avoir la trace du circuit ou alors ou peut on se le procurer
    Merci

  4. Bonjour René,
    Je n’ai pas pour habitude de faire des tracés GPS de mes sorties, désolée. Mais je pense qu’avec les explications et les photos de ce billet, une carte IGN et les panneaux indicateurs que vous trouverez sur le terrain, il sera difficile de vous perdre. Bonne balade! 🙂
    Brigitte

Laisser un commentaire