En montant au col de Mary

Se ressourcer…

Un billet que j’avais entamé avant mon départ en vacances, sans avoir le temps de le terminer. Je le poste donc avec 2 semaines de retard. Le raid s’est bien passé et comme prévu, je suis rentrée bien plus en forme qu’à mon départ !  🙂


 

 

 

En montant au col de Mary
En montant au col de Mary

Les deux dernières semaines ont été bien remplies. Toute une série d’imprévus se sont succédé au fil des jours : certains très bons, d’autres un peu moins. Est ce cumul d’émotions ou tout simplement une fatigue normale à la sortie de la saison d’hiver ? Mais soudain j’ai senti mon corps qui criait « stop » ! Ou plutôt, non. Comme d’habitude je ne l’ai pas écouté suffisamment tôt et j’ai continué à courir et à assurer toutes mes obligations. Jusqu’au jeudi soir, veille du long week-end pascal, où une vive douleur ma rappelée à l’ordre.

En me couchant ce soir là ma joue gauche est en feu. L’impression qu’on me plaque un fer brûlant sur le visage. Un vieux souvenir de mon zona d’il y a 3 ans. Je passe une mauvaise nuit pendant laquelle je me soulage à l’aide de glace. Le lendemain je guette l’apparition de plaques ou de vésicules en me regardant dans la glace toutes les heures, mais la peau reste intacte. Par contre la douleur, elle, continue à apparaître et à à disparaître, en dents de scie toute la journée. Je me demande si c’est une nouvelle crise de zona ou bien si je suis juste fatiguée… et forcément toutes ces questions m’angoissent encore plus.

Je ne suis pas souvent malade, mais comme d’habitude j’ai choisi de faire cette crise en plein week-end pascal, quand tous les médecins (ou presque) sont en vacances. C’est donc à la permanence médicale que je me précipite samedi matin. Heureusement, il n’y a pas trop de monde et au bout de 30 minutes je suis reçue par le médecin de garde. Il m’explique que c’est probablement une récidive du virus et me prescrit un anti-viral pour ces prochains jours. Il me dit même que je devrais en avoir toujours avec moi, ce virus pouvant revenir à tout moment. Il paraît que certaines personnes qui ont fait un zona doivent prendre des anti-viraux toute leur vie…

Je rentre chez moi après être passée par la pharmacie pour faire mes provisions pour la semaine. Car oui, non seulement je choisis toujours de tomber malade pendant les jours de fêtes mais généralement cela coïncide aussi avec un départ en vacances. Demain je pars pour une semaine de raid dans les Alpes du Sud et je sens que ça va me faire le plus grand bien, même si la forme physique n’est pas au rendez-vous.

Le reste de la journée se passe à préparer mes affaires à un rythme ralenti. Je me réjouis à l’idée de partir pendant 5 jours à la découverte des villages et des montagnes de l’Ubaye et du Piémont. Le raid à ski itinérant est pour moi une des meilleures manières de ressourcer. On part avec juste ses affaires pour la semaine. Tout doit tenir dans le sac à dos. Le superflu est vite mis de côté. On réapprend à vivre avec un minimum et chaque matin on part pour gravir un col ou un sommet. Pendant quelques heures on se concentre sur l’objectif de la journée, et on oublie tous les autres soucis.

Avec mon zona je sais que ça ne sera pas tous les jours facile, mais ça me fera certainement du bien…

 

 

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This